Créer des espaces d’échange avec des personnes qui vous ressemblent

Pour tout problème, il y a LA solution directe ! Par exemple, s’il y a trop de trafic, on construit un nouveau pont. Et je suis sûre que vous aviez pensé à cette solution sans moi… alors je n’épiloguerai pas.

Le seul conseil que je vous donnerai est le fait que vos nouveaux comparses ne doivent pas forcément vous ressembler «dans la forme» (ex. même type d’activité), mais doivent vous ressembler «dans le fond» (ex. mêmes valeurs, même type de clientèle (B2B ou B2C), etc.). Si vous n’avez pas d’idée sur comment rentrer dans un tel espace, faites des demandes à des personnes qui sont déjà dans le monde du réseautage ou créez le vôtre en choisissant ceux et celles avec qui vous donnent de l’énergie.

Ah oui, j’oubliais, le nom 2.0 pour un tel club est mastermind, autant appeler un chat un chat ! http://notrevie.ca/2013/01/08/creer-un-groupe-mastermind/

Prendre un associé ou faire des partenariats

Dans la même veine que les solutions directes et évidentes, il y a celle qui vous propose de trouver la personne qui vous complétera, que ce soit un associé ou un partenaire. Attention toutefois de choisir le bon ! Une organisation : Entr’up s’est penchée sur la question et a même créée un questionnaire pour mesurer la compatibilité. La conseillère d’orientation que je suis jubile ! https://entrup.co et https://entrup.co/fit/outils/ace

Voyons maintenant les pistes de solutions moins directes, paradoxales, mais hautement efficaces… (mes préférées !)

Apprivoiser cette solitude pour ne plus qu’elle devienne un problème

Il y a des choses dans la vie que l’on qualifie de négatives a priori : une rupture, l’insomnie, la solitude, les embouteillages, etc. Pourtant, on peut trouver des avantages à tout, en regardant les choses sous une autre perspective. Un embouteillage est l’occasion d’écouter votre musique préférée, d’apprendre l’italien, ou encore de téléphoner à votre meilleur ami… la rupture, une fois le choc passé est l’occasion de faire le point sur ce que l’on veut vraiment, de prendre soin de soi et de faire un ménage à plus grande échelle pour se recréer une vie plus proche de ses aspirations. Pour la solitude, la regarder différemment, c’est voir qu’elle nous rapproche de nous même et nous ouvre les portes de notre intériorité.

In-té-rio-ri-té … Peut être que ce mot vous ne vous rejoint pas du tout ? peut être est-il trop fleur bleue pour vous ? Mais le renier c’est comme nier l’existence de l’oxygène parce que vous ne le voyez pas.

Votre intériorité est ce qui vous constitue profondément et si nous devions en donner quelques locataires, nous les appellerions valeurs, besoins, intuition, senti, souvenirs chargés, etc. La solitude là-dedans est partiellement «un output» des messages qui n’ont jamais été entendus.

Car je ne nie pas qu’il puisse y avoir une partie de solitude vraiment réelle, et intrinsèque, mais je suis intimement persuadée qu’une partie de celle-ci peut être évacuée. Je continue…

Comprendre que plus vous serez connecté à vous même, moins vous ressentirez de solitude

Et justement, voici une déclaration qui n’est pas intuitive pour le commun des mortels, mais qui est bel et bien réaliste : vous n’êtes jamais seul, puisque vous êtes avec vous-même.

Dans cette réalité (qui ne peut être contrariée et qui existe en tout lieu), la question à se poser est : comment me sentir moins seul avec moi-même ? La réponse : En étant connecté à vous même. Si vous êtes entrepreneur, vous êtes déjà branché à votre l’intuition et partant de là, déjà connecté à une partie de vous.

Reste à brancher le reste ; le reste étant la compréhension de vos besoins, la connaissance en votre définition de vos valeurs, la capacité à croire et faire confiance dans ce qui est ressenti en vous, la capacité à utiliser consciemment son corps autant que son esprit pour toutes les activités courantes qui impliquent des humains.

Rencontrer un professionnel pour discuter de vos peurs et les surmonter

Être seul, comprendre pourquoi, s’apprivoiser, se comprendre, s’aimer d’autant plus qu’on se connaît… ce processus, si on veut qu’il soit rapide, ne peut se passer d’un professionnel. Mes professionnels préférés ? Les plus pro et low profile en même temps ? Ce sont les conseillers d’orientation.

Ils sont taillés pour vous accompagner dans ce genre de problématiques. Mais personne ne le sait … encore, c’est un secret bien gardé 😉 Parce que les conseillers d’orientation, on est encore comme ces adolescents avec des boutons et des broches. Mais dès que nous allons sortir de l’âge ingrat, on va tellement être en demande, qu’on fournira plus !

Pour savoir comment je peux vous accompagner, n’hésitez pas à me contacter: mel@Letitbemeditation.com ou 418 380 4596. Je consulte à Québec (Sillery et Centre Ville) et à distance !