Rafale, c’est une belle bête blonde et rousse avec des yeux en amande. Elle est née cheval, et possède à ce titre une sagesse notable. Examinons de plus près sa capacité à ne pas se prendre la tête et de vivre une vie sans contraintes.

Dans cet article, je parle de plusieurs leçons que m’a données Rafale. Pour chaque section, je décris le comportement de Rafale, j’examine comment j’étais avant et je parle des changements que j’ai apportés. Par la suite, j’ai laissé de l’espace pour vous-même puissiez faire votre propre diagnostic et prendre vos propres décisions pour changer…

Cet article est une ode à la simplicité.

Rafale et le besoin de solitude 

Le style de Rafale ….Quand elle ne veut pas me voir, elle ne vient pas me voir

Mon style (avant)… Quand je ne veux pas voir quelqu’un, j’inventais une excuse ou même deux pour paraître plus plausible, je m’excuse 15 fois et passe ensuite une journée ou deux à réfléchir à mon mensonge et à stresser de ne pas avoir été authentique…

Désormais… Je n’ai pas l’énergie pour aller à une soirée ? Je le dis tout simplement avec tact et en prenant soin de parler au «je». Je n’accuse plus personne ou ne trouve pas un «autre» sur qui faire passer l’excuse de mon annulation…

À vous de jouer …

Votre style :

Vos pistes de changement :

Rafale et son rapport à la nourriture

Le style de Rafale … quand elle n’a pas faim, elle ne mange pas, même si le foin est là. Quand elle a faim, elle mange et choisit toujours le meilleur foin en premier.

Mon style (avant)… Ma tête régissait mon ventre. Elle qui me dictait l’heure à laquelle je devais manger et ce que je devais manger ! Et si j’avais vraiment faim (à une autre heure que l’heure «officielle» dictée par le reste du monde), je ne mangeais pas, savourant plutôt ce moment en me disant que j’allais sûrement perdre du poids !

Désormais… Avec le temps, j’ai remis de l’ordre pour faire passer mes sensations avant les conventions sociales. Et j’ai découvert mon style… je prends donc deux repas à 10h et 15h puis un petit repas en famille le soir. Si je n’ai pas faim ? Je ne mange pas sauf si c’est trèèèèèès appétissant! Et si j’ai une envie, je la comble au plus vite pour ne pas qu’elle se transforme en rage.

À vous de jouer …

Votre style :

Vos pistes de changement :

Rafale et ses besoins affectifs 

Le style de Rafale… Elle a envie de se faire faire des gratouilles (calins) par Samy son ami ? Et bien, elle va le voir et initie le mouvement. Lui, répond en fonction de son envie : soit il se met à lui faire des gratouilles à son tour, soit il lui dit clairement non !

Mon style (avant)… J’avais envie d’une douceur, comme un massage, un bon film, un souper au restaurant en amoureux ou une belle soirée de filles ? Et bien je tergiversais, pesait le pour et le contre notamment sur le coût de la douceur, l’arrogance que j’avais de vouloir me faire plaisir alors même que le reste du monde avait moins de chances que moi, le temps et l’énergie que cela devait prendre pour l’organiser, l’éventualité que je n’allasse (verbe aller au subjonctif) plus avoir cette envie au moment venu, etc.

Désormais… J’ai envie d’une douceur ? J’évalue si je peux me l’offrir ou non (question de temps, de budget et de ressources) et j’entame les démarches pour l’avoir. Dès que ma tête commence à tergiverser pour contredire mes envies, je lui souris et passe à autre chose.

À vous de jouer …

Votre style :

Vos pistes de changement :

Rafale et l’instant présent 

Le style de Rafale… Une brise d’air ? un rayon de soleil ? un spectacle d’oiseaux dans les arbres ? Rafale est tellement dans le présent qu’elle remarque et s’arrête à toutes les beautés de la vie.

Mon style (avant)… Un musicien dans le métro ? un beau coucher de soleil ? une coccinelle dans la maison ? Je ne voyais rien de tout cela, trop prise par le super film que je passais dans ma tête.

Désormais… La méditation, le temps passé avec les chevaux sans rien faire, une meilleure écoute de moi-même, m’ont permis de changer… un peu. Mais j’ai encore beaucoup de progrès à faire et une sacrée dépendance à Internet à travailler !

À vous de jouer …

Votre style :

Vos pistes de changement :

Que peut on tirer de l’exercice ? 

Et dire qu’on appelle encore les animaux des « bêtes ». Ce n’est plus à prouver que l’homme est vraiment bon pour faire de la projection !

La force de Rafale est de ne pas contredire ses besoins et ressentis profonds. Elle les écoute tout simplement. Notre faiblesse, à nous, humains, est de tergiverser, contredire, évaluer ce que l’on ressent à l’aulne des conventions sociales et des croyances que nous avons. Si nous prenons le temps de remarquer le mouvement qui se passe entre nos sensations (besoins) et notre tête, nous remarquerions alors un dialogue qui amène presque systématiquement notre tête (ego) à contredire nos besoins. Avec un peu d’entraînement, il est possible de prendre du recul pour cerner les messages de contradiction que nous envoient notre égo. C’est alors là que le vrai travail sur soi commence, car ces messages sont l’essence de ce qui bloque chez nous (croyances, peurs, mécanismes de défense, etc.). Ce sont eux que l’on doit alors travailler ! Et, comme vous l’aurez compris, avec un cheval, c’est encore mieux !!