Voici plusieurs avenues pour prendre de bonnes décisions. On va spécifier cela sur votre orientation professionnelle, mais l’idée est que ces principes vous servent aussi dans tous les pans de votre vie

Le prérequis

Avant de rentrer dans les méthodes de prises de décision, il y a UN prérequis à respecter : il faut se retirer. On ne prend pas une décision importante dans le brouhaha ! On ne prend jamais une décision sous le coup de l’émotion !

Ceci étant posé, je vous présente trois méthodes ici (mais il y en a plein d’autres !)

 La méthode  traditionnelle

On fait une liste de raisons « pour » (ex. changer d’emploi), une liste de raisons « contre » et on regarde comment cela résonne en nous. On peut aussi pondérer chacune de ces raisons avec un chiffre de 1 à 3 pour donner un peu de poids à certains arguments. Exemple, on peut choisir de donner le poids 3 à un argument comme « je souhaite rester dans mon travail actuel parce que j’ai d’excellents collègues » et donner le poids 1 à l’argument « je souhaite rester dans mon travail actuel, car la cafétéria offre des options végé »…

La deuxième étape, une fois que l’on a posé son pour et son contre, est de faire la liste des conséquences, si on choisi l’option A et si on choisi l’option B, sur votre famille, votre portefeuille, votre style de vie, etc.

Cela permet aussi de faire le tri de l’information importante, de celle qui est plus parasite…

La méthode relationnelle

Quand on a le nez dans le guidon, on prend toujours de mauvaises décisions. L’idée est donc, pour prendre une bonne décision, de prendre du recul et ce recul, il peut être acquis par une belle conversation avec un ou deux amis proches, susceptible de nous aider à cheminer.

Pour cela, il suffit de payer une bonne bière à un ami, et de lui demander de nous écouter en fonction de ce qu’il connaît de nous : notre histoire, notre personnalité, nos névroses… Il peut ainsi nous aider à tempérer un engouement trop impulsif ou à nous mettre un bon coup de pied… pour sauter le pas.

Quand on demande conseil à un ami, il faut éviter quelques écueils :

  • lui demander de nous parler de nous et non de lui… sinon il risque de nous parler en fonction de ses peurs à lui (ex. sa peur de changer de milieu de travail).
  • lui demander de nous poser des questions et non de nous donner des réponses à notre place, car au final, on veut avancer sur notre problème.
  • lui demander de faire, à certains moments l’avocat du diable…
La méthode du ressenti  

C’est l’apport de ma chronique !

On a beaucoup sous-estimé la place des émotions dans la prise de décision. Jusqu’aux années 90, on a davantage étudié ces liens qu’il pouvait y avoir entre ces deux mondes. Elles sont ambivalentes, car elles peuvent obscurcir la prise de décision comme la facilité.

Il y a souvent deux sortes d’émotions quand on prend une décision, une de façade qui est la peur liée au changement en lui même (ex. peur de me tromper) et l’émotion reliée au résultat de la décision en tant que telle.

Ainsi, quand on doute, c’est souvent qu’on est mêlé entre ce que notre tête pense et ce que nos émotions nous dictent ! Chacun défend son point de vue

Par exemple, vous souhaitez revenir aux études pour œuvrer dans un monde que vous aimez particulièrement (ex. relations ‘aide), mais cela vous amènerait à quitter votre si bel emploi au gouvernement, si bien payé, si confortable. Il y a donc là plusieurs choses à démêler… Votre tête vous conseille de rester sagement à votre place, votre cœur vous dit d’aller voguer vers votre destin, celui où vous serez vraiment utile, et votre ventre vit dans un état de peur… On a donc trois avis différents. Mais si on va au-delà du monde de la peur pour aller sonder les émotions qui se cachent derrière, on peut alors trouver tout un tas de réponses qui étaient obscurcies par un rideau de peur… Me suivez-vous ? Et ce sont réellement elles qui nous intéressent ! On peut alors découvrir de l’excitation qui nous montrera clairement que cette nouvelle voie professionnelle est faite pour nous ! De l’impuissance mêlée à de la tristesse qui nous montrera alors que c’est le bon chemin peut-être, mais que nous ne savons pas l’emprunter ! Autre chose encore.

Les émotions sont surprenantes et il ne faut jamais les régir de manière binaire (peur = ne pas y aller), car au-delà de la peur, il y a toujours des cadeaux. D’ailleurs, on voit souvent que derrière chaque peur, il y a un désir… et que la peur nous montre souvent le chemin !

À ce niveau, aller chercher ces émotions sous-jacentes à la peur est donc nécessaire… mais comment faire ? La méditation va bien évidemment vous aider, car en faisant un peu plus silence en vous (on ne demande pas de faire le vide, mais simplement de vous écouter différemment), he bien, cela vous permettra de capter le subtil en vous. Mais pour commencer, faire silence est parfois difficile, alors je vais vous donner ma méditation préférée. Elle s’appelle « Méditation sur l’intuition » et elle est tout simplement disponible sur le site de « Passeport santé » dans la rubrique des « balado diffusions ».

https://www.passeportsante.net/fr/AudioVideoBalado/Balado.aspx

Cette méditation permet de réellement court-circuiter le mental et d’aller chercher de l’information dans votre subconscience (la partie encore un peu inconsciente de votre être, mais sur le bord de devenir consciente… !). Elle vise à enrichir la prise de décision en allant chercher la version de notre ressenti, version qui nous permettra d’enrichir ce que notre tête nous propose.

Par exemple, vous souhaitez changer de poste pour aller travailler pour une gestionnaire que vous trouvez adorable et qui semble combler toutes vos aspirations. Pourtant vous êtes bien dans votre poste actuel, mais il vous semble que vous serez tellement plus apprécié dans l’autre service… Pourtant, quelque chose en vous vous fait hésiter. Vous faites la visualisation et là, vous sentez que cette nouvelle gestionnaire, celle qui est en train de vous séduire, n’est pas très sincère. Vous la démasquez dans votre visualisation. C’est donc peut être cela qui vous faisait tant hésiter ! Vous vous sentez plus léger car les pièces de la décision ont été enfin mises ensemble pour vous donner une réponse !

La méthode professionnelle

Aller voir un conseiller d’orientation, ils sont spécialisés dans la prise de décision…

Autres méthodes ?

 Le pile ou face

Associez la décision A à pile, la B à face, tirez à pile ou face et sentez l’émotion qui monte en vous quand vous découvrez la réponse : déception ou joie ? Cette façon de faire est pour les décisions plutôt simples, et elle vient mettre en lumière votre préférence viscérale

La marche

Tous les grands penseurs le savent… marcher permet de résoudre des problèmes inextricables ! Alors, sortez !

Le feeling du matin

La période juste avant et juste après le réveil est porteuse de message sur nous ! Des messages profonds qui peuvent venir enrichir votre prise de décision ou vous donner carrément une réponse. C’est encore plus fort quand on pose, la veille au soir, avant de s’endormir, l’intention d’avoir une réponse

J’espère que cet article (incontournable) vous a bien aidé ! Si vous souhaitez faire appel à mes services en orientation, j’ai une magnifique procédure pour prendre une décision ! Je vous accueillerai avec plaisir !

http://letitbemeditation.com/contact/