Je croise de plus en plus de personnes qui sont hypersensibles. Comme je le suis moi-même, je pense que quelque part, je dois aussi les attirer ! Ces personnes, je les appelle affectueusement mes stradivarius ! Souvent, elles voient leur façon d’être comme un handicap, alors que c’est une grande richesse, une forme même d’avant-gardisme. Ces stradivarius doivent apprendre à se reconnaître, à s’apprécier, mais surtout à bien comprendre leur mode d’emploi pour éviter de se sentir « toujours incorrecte », « à côté de la plaque », « trop sensible », « trop réactive » ou autre…

Qui sont les hyper sensibles ?

Alors commençons en venant mettre des caractéristiques des hypersensibles. Et qui de mieux que Helen Aron, chercheure en la matière pour nous guider. Elle a dégagé 16 caractéristiques ; je vais vous en présenter les principales! C’est la somme de ces caractéristiques qui va indiquer votre degré d’hypersensibilité.

  • Les autres vous ont toujours trouvé trop sensible !

« Tu t’en fais pour un rien », « arrête d’être moumoune », « il va falloir te ragaillardir », « tu es trop sensible », « arrête de tout prendre aussi à cœur ! » Si on vous a déjà formulé ce genre de « critiques », c’est que votre entourage, moins sensible que vous, a beaucoup de difficulté à comprendre le degré de perceptibilité aux autres et aux choses qui vous habitent.

C’est d’ailleurs pour cela, étant donné leur sensibilité qu’elles ont été attirées par des secteurs où cette sensibilité est mise à profit : arts, culture, spectacles, etc.

  • Vous réagissez plus facilement et vous êtes plus attentionnée que la moyenne

Vous êtes plus sensibles à la souffrance des autres et vous réagissez avec davantage d’empathie à ce que vos amis ou collègues vivent.

  • Vous voulez tout comprendre

Comme vous sentez des choses en vous, il vous arrive régulièrement de vouloir vérifier ce ressenti en menant une forme d’enquête ou en posant des questions : « tu me disais que tu étais en pleine forme, es-tu sûr que tu ne me caches pas quelque chose », « c’est bizarre, j’ai eu telle impression, qu’en penses-tu ? ». En allant au fond des choses, c’est une conséquence de votre intuition qui est très forte !

  • Vous mettez plus de temps à prendre une décision et vous êtes très contrariée d’avoir fait le mauvais choix

Comme vous avez à votre disposition plus d’information que la moyenne, vous voyez plus de nuances, ce qui complique grandement la prise de décision. Et si vous prenez la mauvaise décision, vous avez davantage de difficulté à lâcher prise…

  • Vous pleurez davantage que la moyenne

Le contact avec vos émotions, votre besoin de réguler votre vie intérieure, l’espace que vous vous donnez pour être seule avec vous-même, vous amène à pleurer davantage. Et il ne faut pas voir cela comme un problème ! (en tout cas vous ne devriez pas!)

  • Vous êtes plus sensible aux critiques

Avec ce que l’on vient de mentionner, une petite critique anodine pour le commun des mortels sera reçue de manière beaucoup plus fortement si vous êtes hypersensible, car, comme nous le mentionnons depuis le début, vous ressentez tout de manière plus intense !

  • Vous n’êtes pas forcément introvertie !

Non, avec ce que je viens de dire, et pour faire écho à notre dernière chronique, vous pourriez penser que vous êtes introvertie ET hypersensible ! Pourtant tous les hypersensibles ne sont pas tous introvertis ! Selon la chercheure, 70 % le seraient, et 30 % seraient extravertis. Les extravertis hypersensibles sont souvent ceux qui ont grandi dans une communauté sécurisante et soudée.

D’autres caractéristiques ? Oui ! Vous préférez sûrement les sports individuels, même si vous aimez travailler en équipe (sauf pour prendre la décision finale !), vous avez le sens du détail (vous remarquez la nouvelle paire de lunettes de votre ami!), vous avez horreur de la violence au cinéma et vous détestez les environnements bruyants !

 Il existe un test très simple à utiliser pour situer son degré d’hypersensibilité. Voici le lien :

https://www.leshypersensibles.ch/assets/test-hypersensibles-a30279cc86da49a765365f9e77cd2226cc30fc4a2c8c3521cbdd1d5182e5e4d2.pdf

Comment mettre à profit son hypersensibilité ?

En la reconnaissant comme un cadeau précieux

Même si depuis votre enfance, on en a fait une faiblesse, l’hypersensibilité est le socle de votre intelligence sociale et émotionnelle ; la base de votre empathie ! Elle est exactement à l’image de votre stradivarius, elle est fragile, rare et très précieuse ! Alors regardons quels sont les cadeaux qu’elle porte en elle !

D’ailleurs, vous voulez connaître les synonymes de sensibilité ? Délicatesse, finesse, sens du détail, sophistication, subtilité, exquisité, affectivité, attendrissement, cœur, compassion, empathie, humanité, impressionnabilité, altruisme…

En portant attention à l’information subtile que seul l’hypersensible peut capter

L’hypersensibilité, c’est la capacité à sentir les émotions, les non-dits, le subtil de la vie. C’est un avantage énorme quand on veut comprendre les autres (une personne dit qu’elle est joyeuse, mais vous détecter de la tristesse), détecter les « games » au travail (sentir que telle personne est de connivence avec telle autre, alors que personne n’a encore dit un mot), sentir ou non l’authenticité des gens. Bref, l’hypersensible a la capacité d avoir plus d’information que la moyenne sur les gens et les interactions, afin de compléter ce qu’il perçoit via l’intellect. Pouvoir ainsi jongler avec ses impressions et sa réflexion fait de soi un humain complet ! On n’en demande pas moins !

En apprenant à se réguler

Mieux se connaître et mieux s’apprécier sont une base pour mieux se protéger.

Toutefois, ressentir tout le temps, c’est drainant, surtout quand on ne sait pas ce qui nous arrive ! Pour parvenir à mettre temporairement « sa switch sur off », la méditation peut nous aider ! Elle peut aussi nous permettre d’avoir plus de recul sur les choses, avoir un meilleur discernement pour moins réagir.

Il est aussi important d’apprendre à être plus consciente de ce qu’il se passe en soi pour davantage se respecter et ne pas être engloutie par ses émotions. Par exemple, apprendre à connaître les effets qu’une personne a sur nous pour finalement décider de ne plus la côtoyer.

En conclusion

On parle d’hypersensibilité, on en fait parfois un handicap, mais bien canalisée, elle devient un atout indéniable dans une société où la vraie valeur ajoutée se passe dans l’intelligence émotionnelle ! Et puis, je me suis toujours demandé, et si c’était les hypersensibles qui étaient une norme, ne trouverait-on pas que les autres sont juste hyposensibles ? À méditer !