[vc_row][vc_column][vc_column_text]Quand je suis née, je suis née visiblement finie. J’avais un nez, des yeux, deux jambes croches, mais deux jambes quand même, plein d’orteils et de doigts, bref, j’avais tout le kit. À l’époque aussi mon système de ressenti était impeccable : j’avais faim ? Je le savais ! J’étais heureuse ? Mon corps l’exprimait ! j’étais triste ? Mon visage prenait exactement les traits qu’il fallait pour montrer au monde mes ressentis intérieurs. Et puis, quand on nez, on a aussi une panoplie d’attributs, qui sont encore en état de larve, mais qui nous font pleins de promesses. Je pense ici à notre capacité à avoir confiance ou à se montrer reconnaissant. Ceux-là, ils sont tous bien là, au même titre que notre bouche et nos bras, même s’ils sont apparemment cachés.

Et puis on grandit et notre environnement couplé à la manière dont on le décode font que certaines fonctions très bien rodées à la base s’émoussent (alors que d’autres, bien verrouillés, se réveillent). Pour ma part, avec le temps, j’ai perdu ma capacité à bien ressentir mes émotions et mes sensations corporelles. Je ne sais plus trop ce que c’est d’avoir faim, je ne ressens pas vraiment de colère, alors que j’ai un amplificateur pour ressentir la tristesse. Bref, le stradivarius que je suis a besoin d’être accordé. Et c’est ce que j’ai fait en me penchant sur ma propre cause avec ma psy si patiente et ma pratique de méditation. Elle m’a raccordé à mon monde intérieur pour me permettre de remettre de l’ordre dans tout cela. Et là, j’ai fait un voyage !

J’ai découvert mon monde intérieur et ses mœurs bien à lui. Et ce monde intérieur là, il a certes des codes et des façons d’être approché, mais quand on commence à s’intéresser à lui, il devient bavard en confidences ! Et voici ce qu’il m’a dit sur la confiance.

Notre confiance, elle est toujours là ! Elle ne part pas dans le Sud entre deux épisodes. Non, plutôt, elle se met en dormance jusqu’au prochain épisode de sollicitation. Elle est un peu comme un ballon baudruche, quand on met de l’air dedans, il va se gonfler, mais dès qu’il n’y a plus d’air, son potentiel de ballon est bien là, capable d’être regonflé au besoin… mais il est n’est qu’à l’état de potentiel !

Alors la question qui se pose est : si notre confiance est toujours là, POURQUOI ne pas la solliciter plus souvent ? Parce qu’on pense qu’elle est partie n’est plus une bonne réponse, puisque je vous dis qu’elle est toujours là… Alors la question est non plus pourquoi, mais COMMENT faire pour la relocaliser et la remettre au travail ? Tout simplement en la rappelant ! La rappeler, c’est intensivement aller la chercher là où elle s’est cache : dans un événement du passé où elle a brillé, dans une interaction avec une personne où nous avons clairement sentie qu’elle portait la discussion, dans une compétition sportive où elle ne nous a pas lâché avant la victoire. Bref, en allant se remettre dans la peau de celui qu’on était quand elle était pleinement avec nous, en la vibrant de tout notre corps, en la revivant pleinement présente à soi, on la réactive en nous pour nous permettre de faire un nouveau bout de chemin avec ! Et cela peut se faire à l’infinie !

Toutes ces techniques et bien d’autres seront enseignées en long en large et en travers dans le cours Let it Be disponible sous peu. Alors, suivez nos actualités d’octobre pour en savoir davantage ! [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_custom_heading text= »Partagez ou aimez cet article! » font_container= »tag:h3|text_align:left|color:%23000000″ google_fonts= »font_family:Josefin%20Sans%3A100%2C100italic%2C300%2C300italic%2Cregular%2Citalic%2C600%2C600italic%2C700%2C700italic|font_style:400%20regular%3A400%3Anormal »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/6″][vc_facebook][/vc_column][vc_column width= »1/6″][vc_tweetmeme][/vc_column][vc_column width= »1/6″][vc_googleplus][/vc_column][vc_column width= »1/6″][/vc_column][vc_column width= »1/6″][/vc_column][vc_column width= »1/6″][/vc_column][/vc_row]